Neptune

Neptune est la plus lointaine planète connue du Système Solaire. Constamment invisible à l'oeil nu, elle n'a été découverte qu'en 1846, suite à des calculs visant à expliquer les écarts constatés dans l'orbite d'Uranus entre théorie et observation. Très semblable à Uranus par sa taille et sa composition, sa couleur bleu océan est un régal pour les yeux. Neptune étant hélas très difficile à observer depuis la Terre en raison de son éloignement, l'essentiel de nos connaissances provient du survol effectué par la sonde Voyager-2 en 1989.

Caractéristiques physiques

Demi-grand axe

4 503 443 661 km (30,1 UA)

Période de révolution

164,188 ans

Diamètre équatorial

49 528 km (3,9 Terres)

Masse

17 Terres

Période de rotation

16 h 6 min 36 s

Satellites connus

14

Tout comme Uranus, Neptune est une planète géante essentiellement composée d'hydrogène et d'hélium, mais avec également de l'ammoniac et du méthane, qui contribue à lui donner cette teinte bleu profond si particulière. L'atmosphère de Neptune présente de nombreuses formations météorologiques : en particulier, lors de son survol, Voyager-2 a observé une formation similaire à la Grande Tache Rouge de Jupiter, baptisée la Grande Tache sombre. Les vents y soufflaient jusqu'à 2500 km/h. Elle a cependant disparu depuis d'après les observations du télescope spatial Hubble. Neptune présente également des effets saisonniers importants, son axe de rotation étant incliné de 29°.


Neptune par Voyager-2, le 16 août 1989, à 7 millions de km de distance. De nombreuses formations atmosphériques, dont la Grande Tache Sombre, sont visibles  (crédits NASA).


Ces trois clichés de Neptune par le télescope sptatial Hubble montrent sur six ans une augmentation de la brillance de l'hémisphère sud de Neptune à l'arrivée du printemps austral (crédits NASA, L. Sromovsky, and P. Fry, University of Wisconsin-Madison).

La découverte de Neptune

Neptune a très probablement été observée par hasard pour la première fois par Galilée en 1612 (la planète était alors en conjonction serrée avec Jupiter), mais l'inventeur de la lunette astronomique n'a pas tiré la conclusion qu'il venait de découvrir un nouvel astre. Le même scénario se répète au siècle suivant, avec plusieurs observations sans qu'il soit tiré de conclusion sur la nature de l'objet.

La découverte d'Uranus en 1781 change la donne. Il apparaît en effet au cours des années suivantes que cette planète ne se conforme pas exactement au modèle d'orbite prédit en utilisant la théorie de la gravitation de Newton, y compris en tenant compte de l'influence de Jupiter et de Saturne. L'idée d'une huitième planète, plus lointaine, commence à s'imposer.

Dans les années 1840, deux savants, John Couch Adams en Angleterre et Urbain le Verrier en France, font alors, de manière indépendante, l'hypothèse d'une huitième planète pour expliquer ces écarts et en prédisent les caractéristiques, notamment la position. Adams achève ses calculs le premier, mais ne peut convaincre ses collègues de chercher l'astre hypothétique. C'est finalement l'allemand Johann Gall qui, suivant les prédictions de le Verrier, découvre Neptune à proximité de la position calculée. Les astronomes constateront néanmoins ultérieurement que si les calculs de le Verrier avaient prédit correctement la position de l'astre, ils se trompaient assez lourdement sur sa distance et sur sa masse.

Satellites

Neptune possède au moins 14 satellites. Le plus et de loin est Triton, avec ses 2700 km de diamètre. Ses caractéristiques orbitales sont très insolites : son plan de révolution autour de Neptune est très incliné (23°), de plus il circule en sens inverse de la rotation de Neptune (on parle d'orbite rétrograde). Sa taille et sa composition est remarquablement proche de celle de la planète naine Pluton, ce qui fait penser qu'il s'agit d'un objet de la même origine, capturé après sa formation par Neptune. Sa surface est constamment rajeunie par un cryovolcanisme actif éjectant de l'azote gelé (la température de surface est de -235°C). Il possède une très fine atmosphère d'azote.


Montage des observations de Triton et Neptune par la sonde Voyager-2 en août 1989 (crédit NASA).




Observer Neptune à la Montagne de Lure

En raison de sa distance, Neptune n'offre au télescope qu'un petit disque bleuté de 2.5", sans détail apparent, assez semblable à une nébuleuse planétaire. Le satellite Triton peut être aperçu comme une très faible étoile. L'émotion naît de savoir ce que l'on observe.

Les dates des soirées d'observation à l'observatoire Marc Bianchi sont les suivantes pour 2019 :







Le sentier

Soleil

Mercure

Vénus

Terre

Mars

Jupiter

Saturne

Uranus

Neptune